Résumé

L'université du Wisconsin–La Crosse (UWS) est une grande institution proposant un programme complet sur 4 ans et qui se situe à La Crosse, aux Etats-Unis. Récemment, UWL a mis en place les Services gérés AutoVuMC; (AMS), une solution d'application des règles de stationnement hébergée sur le Cloud pour améliorer le respect des règles de stationnement et optimiser les services de stationnement.

Profil de l’entreprise

L'université du Wisconsin–La Crosse (UWS) est une grande institution proposant un programme complet sur 4 ans et qui se situe à La Crosse, aux États-Unis. Établie en 1909, UWL rassemble plus de 10 000 étudiants et emploie plus de 500 personnes. L'université sait que proposer un excellent service client lui permet de faire partie des meilleures universités du pays. C’est la raison pour laquelle l'équipe des services de stationnement d'UWL cherche en permanence à améliorer le stationnement dans le parking à 5 étages et les 18 aires de stationnement. Au total, elle gère plus de 2 800 places et plus de 3 700 permis.

Le défi

Alors qu'UWL fournissait auparavant des autocollants et des étiquettes aux étudiants et aux membres du personnel, ces deux options ont rencontré des problèmes récurrents. Par exemple, les autocollants ne collaient pas toujours aux pare-brise. En outre, une règle de '1 permis par véhicule' occasionnait des contraventions inutiles quand des étudiants ou du personnel oubliait de déplacer leur permis dans un 2e véhicule. Parfois, ces permis finissaient dans de mauvaises mains, partagés par les étudiants ou vendus. Pour le personnel du service de stationnement, émettre et vérifier les permis à pied était à la fois onéreux et chronophage.

“Grâce au système AutoVu, notre accès aux données a été optimisé. Cela nous aide à gérer nos aires de stationnement plus efficacement et à améliorer le service aux clients. C’est du gagnant-gagnant.”

|

Victor A. Hill, MPA, CAPP, Directeur des services de stationnement et de transport, UWL

Les résultats

En passant à une solution 'par plaque d'immatriculation', l'équipe du service de stationnement était convaincue de pouvoir améliorer son niveau de service. Avec l'aide des interlocuteurs de confiance de chez PCS Mobile, UWL a choisi les Services gérés AutoVu, le service d'application des règles de stationnement hébergé sur le Cloud. L'équipe du service de stationnement a renforcé l'application des règles dans toutes les aires de stationnement de courte durée et résidentielles à l'aide du système AutoVu et de deux caméras AutoVu SharpX.

Depuis le déploiement du système RAPI AutoVu, UWL a émis 150 contraventions de moins, 200 permis de plus et a amélioré son chiffre d'affaires de 10 % d'une année sur l'autre. Le stationnement pour événement a également vu son chiffre d'affaires augmenter de 20 % car l'équipe sait qu'elle a de la place. Avec les données de RAPI, l'équipe continue à optimiser les aires de stationnement et à améliorer le service. Pour les étudiants et le personnel, il est également beaucoup plus rassurant de savoir que : ‘Votre plaque est votre permis.’

La solution

Installation et maintenance simplifiées

Les AMS ont offert à cette université un système RAPI puissant et fiable, sans avoir à gérer les tracas et les coûts liés à l’achat de serveurs, à la gestion des mises à jour ou des correctifs.

Des données améliorées pour optimiser l'utilisation des aires de stationnement

“Le plus gros avantage dont nous avons pu bénéficier a été de vendre plus de permis,” explique Hill. Dans la plupart des aires de stationnement, UWL a vu une hausse de l'utilisation de 10 à 25 % ce qui a permis d'augmenter le nombre de stationnements avec permis et occasionnels.

Le système de paiement par plaque a favorisé les économies

Sans permis physiques, UWL a économisé jusqu'à 30 000 dollars en effectifs et matériel. Les clients peuvent acheter leurs permis en ligne à l'aide de leur plaque d'immatriculation.

Détection de la fraude facilitée

Le système RAPI laisse peu de place aux erreurs et à la fraude. “L'année dernière, nous avons émis plus de 60 contraventions pour fraude, ce qui représente environ 25 % de nos revenus en matière de contraventions,” explique Hill.

Vous souhaitez en savoir plus sur ce projet ?